Cartographie du phénomène AirBnB à Paris

Aucun quartier n’est épargné par la vague AirBnB

1/4 des logements traditionnels ont déjà été transformés en meublés AirBnB dans les arrondissements du centre de Paris !

Eléments cléfs

Les meublés AirBnB en chiffres

Fin 2016 : 52 726 personnes s’étaient inscrites sur AirBnB pour mettre en location un logement à Paris. 29 393 logements classiques étaient désormais loués sur AirBnB pour une durée supérieure à 120 jours à Paris et plus précisément 25 255 appartements et 4 138 chambres (chiffres novembre 2016)

Des acteurs sans accréditation

Le secteur des meublés touristiques a progressivement été structuré par des individus, eux même propriétaires de logements, qui ont saisi l’opportunité de ce secteur pour développer des services. De plus en plus de propriétaires délèguent désormais à ces personnes la gestion de leurs logements

Des services identiques aux hôteliers

Selon les concierges, le personnel associé aux activités journalières des meublés (nettoyage, blanchisserie, réparations, accueil, transfert aéroport, etc.,) n’est pas stable, et change en permanence. Cette instabilité et cette opacité du personnel intervenant laissent à penser qu’une grande partie de ces travailleurs ne seraient pas systématiquement déclarés

Morbidité de la taxe de séjour

En 2016, la ville de Paris a perçu 5,5 millions d’euros d’AirBnB au titre de la taxe de séjour. Cette taxe est directement prélevée par AirBnB sur chaque nuitée effectuée. Rapportée au nombre d’habitants qui ne peuvent plus se loger, c’est comme si Paris perçevait une indemnité située entre 59€ et 106€ par habitant perdu !

Principales source de l’étude

InsideAirbnb.com

Adding data to the debate
bird_2-e1418313479211.png

TomSLee.net

Adding data to the debate
bird_2-e1418313479211.png

LaCoteImmo

Evolution des prix au m2
bird_2-e1418313479211.png
bird_3-e1418313510938.png

INSEE

Institut National de la Statistique et des Etudes Economiques
bird_3-e1418313510938.png

ONDPR

Observatoire national de la délinquance et des réponses pénales
bird_1-e1418313445363.png

Concierges + Syndics de copropriété + Habitants

Acteurs aux premières loges de la transformation économique et sociale de la ville

De 48 742 à 87 207
habitants perdus ?

L’INSEE indiquait qu’entre 2009 et 2013 Paris avait perdu 13 660 habitants

Depuis 2013 du nombre de logements classiques transformés en logements AirBnB a fortement augmenté !
Ces logements auparavent loués en bail classique hébergaient en moyenne 1,93 personnes (données INSEE)
L’hémorragie en habitants à Paris s’est donc très fortement accélérée depuis 2013.

Ci-dessous le nombre de logements (hors chambres) mis en location sur AirBnB à Paris en2016
+ ce que les logements AirBnB représentent en % par rapport au parc total des logements loués dans chaque arrondissement

1097
1er (22,54%)
1591
2e (24,10%)
2077
3e (21.64%)
1793
4e (28.09%)
1952
5e (13.60%)
1832
6e (20.17%)
1592
7e (12.82%)
1457
8e (20.35%)
2328
9e (16.71%)
3452
10e (16.85%)
4850
11e (12.62%)
2217
12e (7.38%)
1925
13e (7.50%)
2125
14e (8.31%)
3855
15e (7.26%)
3055
16e (10.81%)
3591
17e (9.95%)
5984
18e (13.27%)
2753
19e (10.32%)
2838
20e (8.84%)

Les meublés AirBnB sont Loués majoritairement à l’année

L’écrasante majorité des logements sur la plate-forme AirBnB à Paris est désormais louée à l’année !
Les logements traditionnels dont ils sont issus sont définitivement retirés du marché traditionnel de la location (classique avec un bail) et deviennent des meublés touristiques dédiés au tourisme.
Conséquence : les habitants ne parviennent plus à se loger à Paris

Les meublés AirBnB sont gérés majoritairement par des Loueurs « Pro »

Depuis 2012, des propriétaires se sont spécialisés et/ou regroupés pour gérer en Airbnb les appartements de d’autres propriétaires
Cela explique notamment la vitesse avec laquelle les logements traditionnels disparaissent du marché traditionnel de la location (classique avec un bail) et deviennent des meublés touristiques dédiés au tourisme.
Conséquence : ces nouveaux « pro », souvent sans accréditation, gèrent sur Paris jusqu’à parfois 130 logements AirBnB à l’année
Ces néo »Pro » constituent le socle sans lequel le modèle économique AirBnB ne pourrait pas tenir

Un développement AirBnB très ravageur

NEW-YORK, BERLIN, BARCELONE, AMSTERDAM… FONT LES MÊMES CONSTATS !
Forte pression immobilière
Prix de l’immobilier exorbitants,
Raréfaction des offres de locations,
Augmentation des tarifs des locations

Destructuration des quartiers
Chute du nombre d’habitants
– de services: fermeture de classes …
Chute des commerces de proximité

Activités peu salariées :
Ménage, Blanchisserie, Réparations…

Menaces sur le secteur du tourisme
Menace sur l’emploi et les métiers
Menace sur les filières de formations
Menace sur l’économie des quartiers

Habitants épuisés
Exhibitions, Ebriété, Fêtes
Dégradations, pressions locatives
Intimidation des gérants d’AirBnB

Taxations très légères
Prix des loyers non encadrés

Comment les villes s’organisent face à AirBnB

Toutes s’organisent pour re-prioritiser les résidents et préserver les équilibres économiques

Quelques exemples :

source url La luttes'organise
Berlin : interdiction
Le 1er mai 2016, la ville a décidé une interdiction pure et simple des meublés touristiques et une amende de 100 000 € à l’encontre de tous les contrevenants. Elle demande aux habitants de signaler les propriétaires qui ne respecteraient la nouvelle réglementation. Cela a permis de lutter contre les 10 000 logements qui avaient été retirés du marché au profit d’AirBnB

Paris : permissive
Les propriétaires peuvent loués pendant 120 jours par an leur logement. Un bureau de contrôle (BPLH) est mandaté pour dresser les contraventions en cas de non respect des règles. Une taxe de séjour prélevée par AirBnB est reversée à la ville.
Dans les faits les contrôles sont insuffisants. La règle des 120 jours de remplissage permet de laisser à l’année sur AirBnB le logement. De fait le nombre d’AirBnB explose et remplace les logements jusque là occupés par les parisiens.

Amsterdam : 60/4
Depuis décembre 2016, AirBnB accepte de faire respecter la limite légale fixée : 60 nuits par an et pas plus de quatre touristes par appartement loué.

Barcelone : Chasse aux illégaux !
Dès Août 2015 Barcelone a commencé à infliger 60 000 € d’amendes aux sites de location de logements Airbnb et HomeAway. Puis, grâce à un programme informatique, elle a identifié des milliers d’annonces illégales. Aujourd’hui AirBnB recule à Barcelone, et de nouveaux hôtels sont créés

New-York : présence obligatoire des propriétaires !
Octobre 2016, Les propriétaires qui publient une annonce sur AirBnb pour mettre en location un appartement à New York pourront être condamnés à une amende allant jusqu’à 7 500 $ si leur annonce propose la location de leur appartement pour une durée de moins de 30 jours alors qu’ils ne sont pas présents dans l’appartement pendant la durée du séjour des locataires.

5,5 M

where to buy dapoxetine in singapore AirBnB a reversé 5,5 millions à Paris au titre de la taxe de séjour en 2016

48

get link Plus de 48 000 personnes ne peuvent plus se loger à Paris du fait d’AirBnB

+25%

+ de 25% des logements présents dans le centre de Paris sont devenus AirBnB

59 €

Morbidité de la taxe de séjour. Indemnisation entre 59€ et 106€ par hab. perdu

Etude à retrouver dans son intégralité

Des mises à jour régulières sont prévues
Une partie de l’étude est accessible depuis le menu : « Données »